Le sphinx de l’Argousier, Hyles hippophaes
H. hippophaes est une espèce migratrice, crépusculaire et nocturne. Cité de Corse par certains ouvrages, sa présence actuelle dans l’île reste à confirmer.
Description
Dessus Dessous
La tête et le thorax sont brun olivâtre, bordés latéralement de blanc. L’abdomen est gris brun avec deux taches proximales latérales noires et blanches alternées.
En vue de dessus, l’aile antérieure est gris cendré clair, avec la base de l’aire costale et une bande submarginale oblique brun olivâtre. Une tache noire est présente à l’origine du bord interne, ainsi qu’un point discal noirâtre suivi parfois d’une ombre olivâtre.
Le fond de l’aile postérieure est vieux rose avec la base et une partie de l’aire costale noire, une bande submarginale brun olivâtre, l’aire externe est gris cendré à gris rosé, et contraste avec la frange blanche. Le bord abdominal présente une tache blanche.
Vu de dessous, le fond des ailes est rose jaunâtre assez pâle avec une large bordure gris bleuté. La base et l’aire discale des ailes antérieures sont brunâtres.
Nota : les ailes postérieures peuvent devenir jaunes (f. i. crocea Rebel 1910).
Les espèces proches
Dessus Dessous
Hyles livornica
En vue de dessus, les antennes sont marron avec l’apex marqué de blanc, et les ailes antérieures présentent des nervures blanches très marquées. On notera la présence d’un « V » renversé blanc sur le thorax. L’abdomen est strié de blanc et noir sur toute sa longueur (seulement 2 stries noires soulignées de blanc chez H. hippophaes).
Vu de dessous, on notera le fond gris brunâtre à lilacé des ailes, avec une aire médiane jaunâtre mouchetée de brun.
Dessus Dessous
Hyles dahlii
En vue de dessus, les ailes présentent des dessins plus marqués et plus sombres. On notera la présence d’un « V » renversé blanc sur le thorax. L’abdomen présente trois taches proximales latérales noires et blanches alternées. (seulement deux taches chez H. hippophaes).
Vu de dessous, le fond des ailes est presque uniformément rosacé, et une tache discale noire et allongée est présente sur les ailes antérieures.
Biologie, écologie et comportements
Chenille
Les adultes volent de début avril à mi-juillet, avec un pic à la mi-juin. On peut parfois observer une seconde génération partielle se produisant de mi-août à mi-septembre. Il n’est pas inhabituel que seulement trois semaines s’écoulent entre les deux générations.
Dès mi-avril, les œufs sont pondus sur les deux faces des feuilles (la plupart du temps près des bords), les branches basses des arbustes étant préférées. La plupart des œufs sont pondus fin juin. Les chenilles se nymphosent dès mi-juillet dans une toile fragile tissée sous la plante hôte, parmi les débris du sol.
Sa plante hôte principale en Europe, l’Argousier (Hippophae rhamnoides), est absent de Corse à l’état naturel, mais il est cultivé comme plante ornementale, et pourrait donc y avoir été planté. Diverses Elaeagnaceae (comme Elaeagnus angustifolia, une espèce échappée de culture récemment signalé en Corse) ou Thymelaeacea (du genre Daphne) peuvent également être consommées.
Répartition et abondance
En Europe, le sphinx de l’Argousier se rencontre de 0 à 600 mètres d’altitude. Il fréquente généralement les endroits chauds (talus de rivières riches en gravier, plaines alluviales, anciennes carrières…) où pousse l’argousier.
Aucune donnée récente ne concerne la Corse.
Menaces éventuelles
Dans l’Ouest de l’Europe, le sphinx de l’Argousier est en voie de raréfaction, mais sans être encore gravement menacé. Il est toutefois inscrit sur les listes rouges françaises et italiennes.
Propositions de gestion
Il conviendrait bien sur dans un premier temps de vérifier la présence du sphinx de l’Argousier en Corse, et de préciser la répartition sur l’île de ses plantes hôtes préférentielles, avant de proposer des éventuelles mesures de conservation.
.Le MNHN recommande, dans le cadre d’un plan de conservation des espèces, la réalisation d’études sur l’écologie de Hyles hippophaes
Statut / Protection
Bibliographie
  • Andrei-Ruiz M.-C., 1997 - Etude du statut des insectes de la Directive Habitats (annexe II et IV) présents en Corse. Rapport AGENC pour le PNRC, 53 pages.
  • Brusseaux G. & Nel J., 2004.- Révision de la liste-inventaire de Charles E. E. Rungs (1988) des Lépidoptères de Corse. Supplément au tome XIII de la revue RARE, 145 pages.
  • Pittaway A. R., 1983 - An annoted checklist of the western palaeartic Sphingidae (Lepidoptera). Entomologist’s Gaz., 34 : 67-85.
  • Van Helsdingen P. J., Willemse L. & Speight M. C. D., 1996 - Background Information on Invertebrates of the Habitats Directive and the Bern Convention, Part I. Council of Europe, Strasbourg, 217 pages.
  • Haut
  • Imprimer