Observations
Observations
L’ensemble des observations collectées par le réseau des observateurs alimente une base de donnée en lien avec un logiciel de SIG. Toutefois, dans le respect de la déontologie sur les espèces protégées, ces informations détaillées ne sont pas librement accessibles, leur divulgation pouvant entraîner un risque pour la survie des populations.
Pour en savoir plus sur les conditions d’accès à cette base de données, vous pouvez nous contacter.
Les cartes de répartition pour les espèces protégées sont donc données à l’échelle de la Corse.
Pour neuf des dix espèces d’insectes protégés de Corse (le lépidoptère Gortyna borelii fera prochainement l'objet d'une fiche supplémentaire) :
  • Cerambyx cerdo
    Le grand capricorne présente une distribution assez large, même s’il s’est fortement raréfié dans le nord de l’Europe. En France, le grand capricorne est rare dans certaines régions, commun voire très commun dans d’autres.
    En Corse, C. cerdo peut être observé du littoral aux zones d’altitudes.
  • Fabriciana elisa
    F. elisa présente une répartition géographique exclusivement limitée à deux îles, la Corse et la Sardaigne. C’est un endémique cyrno-sarde.
    Cette espèce a été observée surtout dans le centre de l’île (avec toutefois une observation signalée aux environs de Bastia, à considérer avec prudence), et semble relativement commune dans le massif de l’Incudine, au col de Vergio et dans les gorges de la Restonica. On peut également la rencontrer à plus basse altitude, en lisière des forêts et dans les vergers.
  • Hyles hippophaes
    En Europe, le sphinx de l’Argousier se rencontre de 0 à 600 mètres d’altitude, de l’Espagne jusqu’au sud de l’Allemagne (Baden). Vers l’Est, on le trouve jusqu’à l’Asie centrale (nord de la Syrie, Iran, Cachemire, Samarcande, région transcaspienne, Sinsiang et Mongolie).
    En France, il est rare et localisé essentiellement dans les régions du sud-est.
    En Corse, il n’est cité qu’au nord de l’île, sans plus de précision.
  • Maculinea alcon rebeli
    M. alcon rebeli, ou M. rebeli selon les auteurs, est présent en Espagne dans quelques localités, et surtout dans l’est des Pyrénées, le Massif central, le Vaucluse et le Sud Est des alpes. Ce papillon est également présent dans l’ouest et la région parisienne. On peut également l’observer au Danemark ou il est très localisé, et en Suisse. En Europe centrale, on le rencontre dans les Dolomites et les Apennins.
    Cette espèce est à rechercher en Corse : aucune publication récente n’y mentionne sa présence. Pour beaucoup de spécialistes, M. rebeli serait éteinte sur l’île, ou même n’y aurait jamais existé.
  • Maculinea arion ligurica
    On peut trouver M. arion ligurica au niveau des régions côtières de la Riviéra en France et en Italie, de Nice à Gènes, et vers l’intérieur jusqu’à Modène et Florence.
    Cette espèce se rencontre principalement à basse et moyenne altitude, mais on peut l’observer jusqu’en haute montagne.
    Plusieurs sites de vol reconnus (Mont Pozzo di borgo, golfe d’Ajaccio, Corte vers Ponte-Leccia, entrée de la vallée du Tavignano…) auraient été détruits par les incendies.
  • Papilio hospiton
    Le porte queue de Corse présente une répartition géographique exclusivement limitée à deux îles, la Corse et la Sardaigne. C’est un endémique cyrno-sarde.
    L’espèce peut se rencontrer partout en Corse, à toutes les altitudes, du littoral jusqu’à même 2000 mètres (pentes du Monte d’Oro)..
  • Proserpinus proserpina
    Le sphinx de l’Epilobe présente une répartition assez large. On peut le rencontrer en Europe centrale et méridionale, mais aussi en Asie. Relativement rare, l’espèce serait en déclin en Europe centrale.
    En Corse, ce sphinx n’a été capturé qu’à proximité de la station de recherche agronomique de l’I.N.R.A. de San Giuliano (Guyot, 1991).
  • Rosalia alpina
    R. alpina est largement présente en Europe, ainsi que dans le Moyen Orient. Toutefois, son aire de distribution semble se rétrécir. La Rosalie des alpes est assez rare, sauf localement dans quelques montagnes méditerranéennes :
    Bizouard (1993) situe sa zone préférentielle entre 1000 et 1600 mètres d’altitude, mais on peut également trouver Rosalia alpina à plus basse altitude.
    En Corse, les zones de l’Incudine et du col de Vizzavona seraient, selon Bizouard, particulièrement fréquentées.
  • Saga pedo
    On peut trouver Saga pedo dans le sud de l’Europe.
    En Corse, S. pedo a été observée dans les années 60 au niveau de la plaine alluviale de Tavario et à Bonifacio dans la plaine herbeuse du golfe de Sant' Amanza. Elle vient récemment d’être à nouveau observée en Corse dans la région de Figari.